AMCE, une expertise au service de l'industrie maritime pour un développement durable

Blog

Des agents ouest africains des installations portuaires en formation à Dakar

Une quinzaine d’agents ouest africains du Bénin, de la Guinée, de la Guinée Bissau, du Mali et du Sénégal ont entamé, lundi à Dakar, une formation sur la sûreté maritime, a constaté APA.

“Ce séminaire est le premier d’un programme qui va s’étaler sur toute l’année 2016 et qui touchera les principaux sujets du management de l’activité maritime portuaire. Il permettra aux participants de développer, maintenir et superviser la mise en œuvre d’un plan de sûreté mais aussi d’évaluer les risques, les menaces et les vulnérabilités de la sûreté. Ils seront également outillés sur les inspections pour s’assurer que les mesures de sûreté sont mises en place et maintenue”, a expliqué Bara Sady, ancien directeur général du Port autonome de Dakar.

S’exprimant à l’ouverture de ce séminaire qui prend fin le 26 février, M. Sady, par ailleurs administrateur général d’Africa maritime consulting and engineering (AMCE), organisateur de la rencontre, a indiqué que les participants seront aussi formés sur les équipements et services de sûreté et encouragés à la prise de conscience et à la vigilance à la sûreté.

La formation réunit aussi des personnels de l’installation portuaire chargés de tâches spécifiques en matière de sûreté, de même que des membres du personnel et usagers de l’installation portuaire.

Elle permettra aux participants d’exercer les fonctions et assumer les responsabilités de Port facility security officer (PFSO). Ils seront ainsi aptes à effectuer une étude de sûreté, à mettre en œuvre un plan de sûreté et le coordonner avec les parties prenantes ainsi que procéder aux inspections de sûreté et d’en formuler des recommandations.

Selon Ndèye Anna Sow, administratrice des affaires maritimes de l’Agence nationale des affaires maritimes du Sénégal (ANAM), il faut prendre les devants, mettre en place un système de procédures pour prévenir et élever son niveau de préparation et prendre en charge, éventuellement de la manière la plus efficace possible, tout évènement de sûreté, au delà de l’obligation de satisfaire les engagements souscrits à travers les conventions internationales.

“L’instrument en question, le Code ISPS, constitue la matérialisation de l’organisation maritime internationale de renforcer les dispositifs de sûreté des ports et des installations portuaires”, a-t-elle soutenu.

Signature : APA

Copyright : © APA

Sécurité portuaire : « Aucune installation n’est suffisamment à l'abri des menaces terroristes»

 

Isps code

Dans le cadre de la mise en application des dispositions pertinentes du Code ISPS relativement aux formations, exercices et entraînements en matière de sûreté des navires et des installations portuaires, Dakar abrite un séminaire international de formation pour les agents de sûreté des installations portuaires (ASIP). 
Le Commandat Seydou Diallo, administrateur associé de Maritime Consulting and Engineering (AMCE) et formateur, a indiqué que tout cela vient des événements du 11 Septembre survenu aux Etats Unis et à la suite de cela, la communauté internationale a pris des dispositions spéciales et des mesures de sécurité et de sûreté pour la protection des installations portuaires et des navires. 
Il a quand même fait savoir qu’aucune installation n’est suffisamment sûre d’être a l’abri des menaces, mais notre pays à l’image de la communauté internationale, a pris toute la mesure de l’importance de ces diverses menaces contre la sécurité et la sûreté et c’est ce qui fait que d’ailleurs divers séminaires et forums se sont tenus. Et celui-ci, ajoutera t-il, est la conjugaison d’efforts d’une société privée avec les pouvoirs publics pour faire participer les acteurs africains et à mieux connaitre la sûreté. 
Trois pays de la sous-région ont répondu présents à ce séminaire. 
Bara Sady, Administrateur Général d'Africa Maritime Consulting and Engineering (AMCE) abondant dans le même sens que le commandant Diallo, fera savoir qu’il s’agira avec ce séminaire, « de former les ASIP, à se préparer pour faire face à tous éléments de sûreté pour protéger les installations portuaires. Nous sommes agréés pour faire cela et nous avons voulu en faire profiter tous les Ports de la sous-région et tous les responsables et gestionnaires d’installation portuaire. » 
  

Journée mondiale de la mer : une chance à saisir pour le Sénégal

Journée mondiale de la mer : une chance à saisir pour le Sénégal
Tous les ans, l’Organisation maritime internationale (OMI), avec ses 164 États Membres et ses 03 Membres associés, célèbre la Journée mondiale de la mer, la dernière semaine de septembre. L’occasion de faire connaître à un large public les objectifs et le

Lire la suite

Comprendre le MoU d'Abuja

Comprendre le MoU d'Abuja 
La nécessité d’harmoniser les procédures de contrôle et les pratiques d’inspection des navires dans le monde entier, dans le but de renforcer la sécurité de la navigation maritime et la protection du milieu marin a servi de toile de fond à l’Organisation

Lire la suite

"L’OMAOC a joué un rôle précurseur en matière de coopération maritime africaine"

SEM. Alain Michel LUVAMBANO, Secrétaire Général de l'OMAOC

"L’OMAOC a joué un rôle précurseur en matière de coopération maritime africaine"
 

Le Golfe de Guinée représente aujourd’hui, une zone de prédilection pour les pirates. Pour faire face à cette menace, le Commandant Lazare Aké Abé, chargé d’étude à la Direction Générale des Affaires Maritimes et Portuaires du Ministère des Transports de la Côte d’Ivoire plaide pour que l’OMAOC soit davantage impliquée dans la lutte contre ce fléau. Il épouse, partant, le leitmotiv du Secrétaire général de l’OMAOC, SEM. Alain Michel LUVAMBANO de faire de l’année 2014, l’année de la lutte effective contre la piraterie.
En effet, depuis l’adoption, le 7 Mai 1975, de la Charte des transports maritimes dite « Charte d’Abidjan », l’OMAOC est devenue le forum d’échanges et de coopération le plus important au niveau de l’Afrique de l’ouest et du centre.
Ainsi, après avoir posé des actes majeurs en vue de la rentabilité des services de transport maritimes africains, l’OMAOC s’investit davantage aujourd’hui dans la protection des économies maritimes africaines contre les crimes transnationaux organisés dans le Golfe de Guinée notamment la piraterie et les vols à main armée. 

Afrique Maritime a rencontré pour vous le Secrétaire Général de l'OMAOC pour nous faire connaitre les actions entreprises par son institution dans la lutte contre la piraterie maritime. 

Quelles sont les potentialités économiques du Golfe de Guinée ?

Le Golfe de Guinée est un espace maritime stratégique situé au centre d’un réseau de routes maritimes qui relient l’Afrique aux autres continents, principalement l’Amérique, l’Europe et l’Asie. D’un point de vue économique, il accueille 90% du volume des échanges des Etats de la zone et représente une réserve de 100 milliards de barils de pétrole et de plus d’un million de tonnes de poissons, dont la production annuelle avoisine les 600 mille tonnes.

Barthelemy Blede "On ne ruse pas avec les mesures de sécurité maritime"

Barthelemy Blede

"On ne ruse pas avec les mesures de sécurité maritime"
 

En 2004 quand le Code international pour la sûreté des navires et des installations portuaires (Code ISPS) entrait en vigueur, les ports de l’Afrique de l’Ouest et du Centre, déclaraient avec enthousiasme leur adhésion à ces nouvelles règles visant à renforcer la sûreté maritime - Le Code ISPS a été spécialement conçu pour répondre aux menaces qui pesaient sur l’industrie maritime à la suite des attentats du 11 septembre aux Etats-Unis. 

Pourtant les garde-côtes des Etats-Unis, dans un bulletin publié en ligne (le Port Security Advisory) révèlent que certains ports de la région n’appliquent pas convenablement les mesures de l’Organisation Maritime Internationale (OMI).

Nos ports seraient-ils en train de ruser avec les normes internationales au moment où le golfe de Guinée devient de plus en plus la première zone d’insécurité maritime au monde? La question se pose dix ans après l’entrée en vigueur du Code ISPS et au moment où l’OMI est en train de faire l’évaluation de l’application de ses conventions.

Lire la suite

Les Ports en Afrique de l’Ouest et du Centre

Les Ports en Afrique de l’Ouest et du Centre

 Poumon des économies

L’intérêt que les investisseurs internationaux portent aux ports en Afrique témoigne de leur vitalité et de leur place prépondérante dans les économies africaines. A cet effet, les mises en concession  des terminaux des ports d’Afrique en sont les plus parfaites illustrations. 

Les performances de la plupart d’entre eux et les opportunités qu’ils offrent  sont l’objet d’âpres négociations de différents partenaires. L’amélioration et le développement des infrastructures portuaires, les sommes qui y sont investies et les perspectives d’avenir font que les enjeux ne sont pas seulement importants mais colossaux. Le Port autonome d’Abidjan, premier port de transbordement, premier port de transit et premier port thonier de la côte ouest-africaine, se repositionne comme le port leader sur la façade ouest-africaine. 

Lire la suite

La Bataille des Ports

Bataille des ports


Le double enjeu: le hub et l'hinterland

Plus de trente pays du continent africain n’ont pas d’ouverture sur la mer. Du coup, les grands ports se battent pour desservir l’hinterland et pour devenir chacun, un hub dans sa région respective. 
A côté des ports qui aspirent à devenir un hub régional, d’autres de moindre envergure livrent aussi bagarre. L’objectif étant de devenir des ports de transbordement pour ravitailler les pays sans façade maritime. Un enjeu fondamental puisque sur les 55 pays que compte le continent, seuls 35 ont une façade maritime.

 

Lire la suite

Economie/Côte d'Ivoire: Pose de la première pierre des travaux d'extension du port d'Abidjan

Cote ivoire

Le port autonome d’Abidjan va abriter mardi 06 octobre 2015 une cérémonie pour la pose de la première pierre des travaux d’élargissement et d’approfondissement du canal de Vridi et de construction du second terminal à conteneurs.

Les autorités portuaires poursuivent leurs efforts de modernisation du port autonome d’Abidjan. Quelques semaines après l’inauguration du port de pêche réhabilité, le port va encore bénéficier de nouvelles infrastructures pour son développement. Poumon économique de la Côte d’Ivoire, le port va subir d’autres travaux pour son extension en vue de l’augmentation de ses capacités actuelles.

Il est donc prévu une cérémonie de lancement de travaux ce mardi 06 octobre sur le site de la Vigie du Port d’Abidjan. Il s’agit de poser la première pierre des travaux d’élargissement et d’approfondissement du canal de Vridi et de construction du second terminal à conteneurs d’Abidjan. Ces ouvrages modernes à venir permettront au port de devenir une référence incontournable en Afrique de l’ouest capable de recevoir des navires jusqu’à 350 m de long avec 16 m de tirant d’eau. La construction d’un nouveau terminal a conteneurs va accroitre de facon significative le trafic conteneurs en passant de 1 200 000 TEU/an à 3 000 000 TEU/an. Ces énormes travaux au port d'Abidjan vont permettre à la Côte d'Ivoire de tenir tête à la forte concurrence de certains ports de la sous-région ouest africaine comme ceux de Dakar (Sénégal) et de Lomé (Togo).

Les travaux d'extension du port d'Abidjan vont être exécutés par l'entreprise China Harbour Engineering Company (LTD). Ils sont prévus pour durer respectivement 36 mois pour le canal de Vridi et 48 mois pour le terminal à conteneurs pour un coût total de 560 milliards de FCFA grâce à un financement de Exim Bank of China.

Dakar vise un trafic annuel de 1,5 million d'EVP en 2020

À Dakar, le terminal à conteneurs, géré par l'opérateur DP World, a su se rendre plus attractif vis-à-vis des armateurs en réduisant ses temps d'attente. Le port est passé de 402.000 EVP en 2012 à 454.000 EVP en 2013 et vise à l'horizon 2020 un trafic de 1,5 million d'EVP.

 

© Proparco

Lire la suite

CMA CGM Bougainville

CMA CGM BOUGAINVILLE, DES DIMENSIONS EXCEPTIONNELLES

Depuis 2012, et la livraison du CMA CGM MARCO POLO (navire d’une capacité de 16 020 EVP), des porte-conteneurs géants aux noms de grands explorateurs ont rejoint la flotte du Groupe CMA CGM.

En 2015, 6 nouveaux navire d’une capacité de 18 000 EVP entrent en flotte: après le CMA CGM Kerguelen, CMA CGM GEORG FORSTER et le CMA CGM VASCO DE GAMA, le CMA CGM Bougainville entre en flotte et devient le navire amiral de la flotte du Groupe CMA CGM. Il est le second navire de la série sous pavillon français.

Lire la suite

CMA CGM affiche ses ambitions en Afrique sub-saharienne

Avec 1,2 M EVP, CMA CGM revendique une part de marché de l'ordre de 25 % en Afrique sub-saharienne. Au deuxième rang derrière Maersk Line, le groupe entend consolider ses positions voire les développer à travers une offre maritime et portuaire renforcée, adossée à de nouvelles solutions logistiques et intermodales intégrées.


Mathieu Friedberg, directeur Central, Lignes Afrique, groupe CMA CGM

Mathieu Friedberg, directeur Central, Lignes Afrique, groupe CMA CGM

Avec l'alliance opérationnelle P3 toujours annoncée au printemps, la stratégie de CMA CGM prévoit un développement sur trois zones : Amérique du Sud, sous-continent indien et Afrique sub-saharienne. Pour cette dernière région, Mathieu Friedberg a dévoilé mercredi 12 février à Paris le plan du groupe déployé à l'aide de ses deux marques, CMA CGM et Delmas. Illustré au début de l'année par la ligne Noura Express, qui connecte Mogadiscio en Somalie à son réseau via Khor Fakkan, et le service feeder Rhino Express dédié aux ports du Mozambique, son premier axe concerne "l'enrichissement de nos services et l'ouverture de nouvelles escales". Dans l'immédiat, le groupe déclare 25 services desservant l'Afrique sub-saharienne connectée à son réseau mondial via ses hubs de Tanger, Khor Fakkan et Port Kelang. "La création et la modernisation de nos infrastructures portuaires, et le développement de notre réseau d'agents locaux" est la seconde priorité. Dans ce cadre, CMA CGM et Delmas sont depuis peu représentées en propre en Mauritanie par le biais de deux nouvelles agences à Nouakchott et Nouadhibou. Sur "terre", après la prise de participation de 25 % dans le terminal de Lekki au Nigeria en janvier, le groupe inaugure aujourd'hui le doublement de sa plateforme à conteneurs à Dakar au Sénégal. Porté à plus de 20.000 m2 et opéré en propre, le site s'enrichit de nouvelles activités.

 

Togo - Transport maritime : des professionnels de médias se spécialisent dans le domaine

Port lome

Une cinquantaine de patrons de presses (notamment des télévisions, radios, presses écrites et presses en ligne) suivent depuis jeudi à Kpalimé (120 km au Nord-ouest de Lomé), un séminaire sur la place du transport maritime dans les échanges internationaux.

L’objectif poursuivi par le Conseil national des patrons de presse (organisateur de la rencontre), est de parvenir à la spécialisation des participants dans le domaine du transport maritime qu’ils sont appelés à aborder dans leurs diverses prestations avec  professionnalisme.

Au Togo, les journalistes et professionnels des médias se spécialisent rarement, alors qu’ils interviennent sur des thématiques dont ils sont peu outillés ; ce qui fausse leur analyse et ne contribue donc pas  donner aux lecteurs des informations crédibles et recoupées.

Cette initiative qui bénéficie du soutien technique et financier de Togo terminal (filiale togolaise du groupe Bolloré spécialisé dans les manutentions conteneurs), intervient au moment où le pays se prépare à accueillir une conférence internationale sur la sécurité maritime en Novembre prochain. 

La desserte maritime Foundiougne-Ziguinchor démarre en novembre prochain

Bateau aline sitoe diatta4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le président de la République, Macky Sall, a annoncé, jeudi, que les premiers passagers de la desserte maritime Ziguinchor-Foundiougne embarqueront à bord des bateaux Aguène et Diambogne vers le mois de novembre prochain.

''Après quatre mois de travaux de dragage du Saloum, les rotations entre Ziguinchor et Foundiougne-Ndakhonga débuteront'', a-t-il déclaré lors de la cérémonie d'inauguration et de dragage du bras de mer le Saloum.

''Donc dans quatre mois, nous aurons le plaisir de voir ici des passagers embarqués vers Ziguinchor'', a-t-il ajouté, en présence de l'ambassadeur de la République de Corée au Sénégal, Shun Hee, ainsi que des élus et populations de la région.

Macky Sall a souligné que la nouvelle ligne maritime, en reliant les régions centre et du sud par la mer, ''participera au désengorgement du trafic routier pour un transport massif de productions agricoles, en plus de constituer une facilité pour la continuité du territoire national''.

Dans ce cadre, a-t-il indiqué, pour mettre en place les meilleures conditions de navigation, l'Etat du Sénégal a engagé sur fonds propres 2,78 milliards de francs pour le dragage du bras de mer le Saloum.

''Ainsi la navigabilité du fleuve sera améliorée dans un premier temps avec des profondeurs de minimales de presque 6 mètres de tirant d'eau sur tout l'axe du chenal navigable de la première section du bras de mer qui va de l'embouchure à Ndakhonga'', a-t-il souligné.

''Et dans un second temps, le dragage de ce bras de mer sera étendu dans la partie allant de Foundiougne à Kaolack afin de jeter les bases du pôle portuaire du Saloum'', a-t-il ajouté.

Le président de la République a appelé les populations ''à la responsabilité et au sens du bien commun dans l'utilisation, l'entretien, et la maintenance de cet ouvrage''.

Le port de Foundiougne-Ndakhonga est constitué de deux composantes de part et d'autre du fleuve Saloum situées respectivement à Ndakhonga et à Foundiougne.

Afrique de l’Ouest : sécurité en eaux troubles

27 3 piracy

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour beaucoup, l’expression piraterie maritime évoque l’image d’un marin borgne buvant du rhum et fredonnant des chansons obscènes. Pour les plus jeunes, elle renvoie au personnage de Jack Sparrow interprété à l’écran par Johnny Depp, dans Pirates des Caraïbes. Mais la piraterie maritime n’a pas le romantisme d’un film d’action. La Convention des Nations Unies sur le droit de la mer estime qu’elle est un « acte illicite de violence ou de détention  commis en haute mer contre des navires ou des aéronefs. C’est surtout un problème et une menace pour la sécurité des navires, leurs équipages et pour les économies des pays affectés. 

Alors que le phénomène semble décliner au large de la Somalie, il s’aggrave en Afrique de l’ouest. Selon l’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime (ONUDC), les attaques se concentrent dans le delta du Niger, au large du Bénin, de la Côte d’Ivoire, du Ghana, de la Guinée et du Togo.

Lire la suite

WikiLeaks : Les coulisses de l'Amoco Cadiz

Comment, en coulisses, ont réagi les États-Unis, en 1978, lorsqu'un pétrolier américain a provoqué en Bretagne l'une des pires marées noires de l'Histoire ? Parmi les centaines de milliers de télégrammes diplomatiques dévoilés par WikiLeaks depuis 2010, Le Télégramme en a exhumé une centaine évoquant cette catastrophe.

« La presse rapporte que le pétrolier Amoco Cadiz, enregistré au Liberia, s'est brisé en deux après s'être échoué près de Brest, déversant quantité de pétrole brut. » Premier télégramme américain, le 17 mars 1978, dans les heures qui suivent la catastrophe, première surprise : c'est Washington qui semble informer son ambassade parisienne du naufrage. Autre surprise : l'urgence première, côté américain, semble être d'obtenir le feu vert français pour que plusieurs agences gouvernementales viennent « étudier le pétrole déversé et les effets de la marée noire ».

Lire la suite

Le congrès Marisk s’associe avec Human Sea pour son édition 2016

Des navires de plus en plus gros, des ressources naturelles que l’on va chercher très loin des côtes,  la piraterie et les hotspots qui se multiplient, de nouvelles énergies à exploiter : la croissance bleue, si elle ouvre d’importantes perspectives économiques et géostratégiques, fait également émerger de nouveaux risques, que ce soit dans le domaine de la sûreté ou celui de la sécurité. Des risques auxquels les hommes, qu’ils soient en mer ou à terre, doivent s’adapter en permanence, au tempo effréné de la globalisation et de la multiplication des règles de droit.

C’est précisément ces nouveaux challenges qui seront au cœur de la nouvelle édition du congrès Marisk, qui sera organisée le 3 et 4 octobre 2016 à la cité des Congrès de Nantes. Une cinquième édition, co-organisée par l’Ecole Nationale Supérieure Maritime (ENSM), le Grand Port Maritime de Nantes Saint-Nazaire– les deux cofondateurs, en 2005, de l’événement – et de l’Ecole Nationale de Sécurité et d’Administration de la Mer (ENSAM) qui forme, à Nantes, les personnels des Affaires maritimes.

Lire la suite

Baptême au Havre pour le CMA CGM Bougainville

C’est officiel. Le nouveau porte-conteneurs de CMA CGM, le plus grand armé jusqu’ici sous pavillon français, sera inauguré au Havre le 6 octobre, lors de son escale inaugurale. Un évènement placé sous le haut patronage de François Hollande, qui avait on s’en souvient présidé le baptême du CMA CGM Jules Verne à Marseille en juin 2013. Pour l'heure, la venue du chef de l’Etat pour l’inauguration du nouveau fleuron de CMA CGM n'est pas confirmée. Même si cette hypothèse est évoquée sur les quais havrais, tout dépendra évidemment de l'agenda présidentiel.

Lire la suite

Sus à l’insécurité maritime!

Il ne se passe désormais plus de mois sans que l’on évoque la disparition ou l’attaque d’un navire dans le golfe de Guinée. Le Bureau maritime international (BMI) a ainsi annoncé, le 14 juin dernier, la disparition, au large des côtes togolaises, d’un pétrolier battant pavillon français, le tanker Adour, que l’on aurait repéré ensuite au large du Nigeria. Déjà en février dernier, c’est un autre pétrolier français, le navire Gascogne, qui avait subi le même sort au large des côtes ivoiriennes… Les chiffres parlent d’eux-mêmes: de trente actes de piraterie recensés dans le Golfe de Guinée en 2011, on est passé à 53 pour l’année 2012, dont 19 actes de piraterie pour le seul dernier trimestre de 2012.

Lire la suite